La porte est étroite... mais elle est ouverte

Retrouvez l’évangile du 25 août 2013, 21ème dimanche ordinaire (année C), l’homélie du père Christophe Kerhardy, et la prière universelle des fidèles de la Résidence du Sacré-Cœur.

Article mis en ligne le 27 août 2013
dernière modification le 3 septembre 2013

par Père Christophe Kerhardy sj
logo imprimer
{id_article}

Retrouvez l’évangile du 25 août 2013, 21ème dimanche ordinaire (année C), l’homélie du père Christophe Kerhardy, et la prière universelle des fidèles de la Résidence du Sacré-Cœur.

[orange]L’évangile[/orange]

Dans sa marche vers Jérusalem, Jésus passait par les villes et les villages en enseignant.
Quelqu’un lui demanda : « Seigneur, n’y aura-t-il que peu de gens à être sauvés ? »

Jésus leur dit : « Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas.

Quand le maître de la maison se sera levé et aura fermé la porte, si vous, du dehors, vous vous mettez à frapper à la porte, en disant : “Seigneur, ouvre-nous”, il vous répondra : “Je ne sais pas d’où vous êtes.”

Alors vous vous mettrez à dire : “Nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as enseigné sur nos places.”

Il vous répondra : “Je ne sais pas d’où vous êtes. Éloignez-vous de moi, vous tous qui faites le mal.”

Il y aura des pleurs et des grincements de dents quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et que vous serez jetés dehors.

Alors on viendra de l’orient et de l’occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu.

Oui, il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers. »

(Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 13, 22-30)

++++

[orange]L’homélie[/orange]

« Est-ce le petit nombre qui sera sauvé ? » Peut-être nous sommes-nous posé cette question un jour. À vrai dire, les réponses évoluent dans le temps. Pendant une longue période, les mentalités religieuses ont été marquées par une profonde angoisse collective. La conscience suraiguë du péché, ajoutée à la faim, à l’insécurité sanitaire, au faible niveau de développement, nourrissaient une véritable obsession de l’enfer. Entre bébêtes, épidémies de choléra, de grippe espagnole, tous les ingrédients étaient réunis pour se sentir réellement menacé. Bon nombre de croyants se perdirent alors dans des pratiques superstitieuses pour conjurer le mauvais sort.



Quelques grands sermons parvenaient à s’élever au-dessus de cette atmosphère de peur et à rassurer les esprits des fidèles mais beaucoup d’autres attisaient la terreur des fins dernières.



Et puis en quelques siècles, un mouvement de balancier s’est produit, les mentalités sont passées d’un excès à un autre. Autrefois, on savonnait la planche du salut en mettant tout le monde au purgatoire, aujourd’hui, on prend les choses à la légère. Tenez, rappelez-vous de l’insidieuse chanson de Michel Polnareff :

 


« On ira tous au paradis mêm’ moi
 


Qu’on soit béni ou qu’on soit maudit, on ira
 
Tout’ les bonn’ sœurs et tous les voleurs
 
Tout’ les brebis et tous les bandits


 
On ira tous au paradis ! »



Mais aujourd’hui, Jésus vient doucher ces illusions car l’Évangile n’est ni une berceuse, ni un traité de laxisme ! C’est une leçon pour nous encourager à changer. On aura beau dire au Seigneur : "Nous avons mangé et bu en ta présence" qu’en sera-t-il si le contact est demeuré superficiel et épisodique ? On aura beau lui dire : "Tu as enseigné sur nos places » qu’en sera-t-il si son enseignement n’a pas été vraiment assimilé ? On aura beau lui dire : "J’ai été baptisé, j’ai été au catéchisme, j’ai fait ma communion", que sera ce RMI chrétien si rien de rien n’a bougé dans notre manière d’être et de penser ?

"Est-ce le petit nombre qui sera sauvé ?" Jésus ne fournit aucune réponse à cette quesiton, mais il ne veut pas nous bercer d’illusions. Certes, Dieu veut sauver tous les hommes, mais avec le sérieux de la liberté humaine. Le Christ n’est pas un distributeur automatique de salut, la grâce qu’il nous fait implique un effort personnel, une réelle conversion.



Dieu désire une humanité ardente à faire le bien et personne ne peut s’enfoncer impunément dans le mal. Efforçons-nous d’y renoncer et nous n’aurons pas à souffrir de ces pleurs et grincements de dents au moment de passer la porte étroite.



Frères et sœurs, la porte est étroite, c’est vrai, mais elle n’est pas fermée comme une porte de prison, elle est ouverte et nous croyons que Dieu veut y faire passer beaucoup de monde. On le voit d’ailleurs à la fin de cet Évangile : on viendra de l’Orient et de l’Occident, du Nord et du Midi prendre place au festin du Royaume. En contemplant ces foules venues des quatre coins de l’horizon, de toutes les nations, langues et même des îles lointaines, dans la foi, nous affirmons que la destinée humaine est animée par un immense mouvement d’ascension où, peu à peu, la multitude, vie après vie, monte de manière sûre vers son accomplissement dans le Christ. Au sommet de cette ascension grandiose, le Christ incorpore des foules innombrables à sa condition de ressuscité, ar la gloire de Dieu c’est l’humanité vivante à jamais.
 
C’est pourquoi si l’on vous demande : "Est-ce le petit nombre qui sera sauvé ?"... ayez une vision plutôt large des choses, car le cadre du salut est bien plus vase que ce que nous pouvons imaginer. Personnellement, chaque fois que je pense aux fins dernières, je suis ramené vers un amour qui me déborde, qui me dépasse de toutes parts. Et les foules qui se pressent à la porte de Dieu sont si nombreuses que la porte paraît bien étroite... et cependant, au bout du chemin, la porte est bien ouverte comme est ouvert le cœur du Christ.

Alors, soyez sans crainte, ce n’est pas en vain que le Christ a offert sa vie. Oui, le salut qu’il nous donne est vraiment universel !

++++

[orange]La prière universelle[/orange]

Seigneur, ta Bonne Nouvelle, tu l’adresses au monde entier. Que ton Église ne soit pas un lieu de tensions et de divisions. Qu’elle travaille au rassemblement et à l’unité de tous les chrétiens. Écoute notre prière.

[marine]Écoute la prière de ce monde qui t’attend ![/marine]
[marine]Donne-nous la lumière, à nous qui sommes tes enfants ! » [/marine]

Seigneur, accorde-nous la grâce d’aider les mains défaillantes et les genoux qui fléchissent. Que notre foi fasse de nous des acteurs solidaires de tous ceux qui avancent sur le chemin du salut. Écoute notre prière.

[marine]Écoute la prière de ce monde qui t’attend ![/marine]
[marine]Donne-nous la lumière, à nous qui sommes tes enfants ! » [/marine]

Seigneur, en fermant la porte de son cœur, l’homme ferme la porte de Dieu. Nous te prions pour ceux qui résistent à ton appel. Que ta grâce parvienne à les toucher pour qu’ils reconnaissent, eux aussi, la gratuité de l’amour que tu nous donnes. Écoute notre prière.

[marine]Écoute la prière de ce monde qui t’attend ![/marine]
[marine]Donne-nous la lumière, à nous qui sommes tes enfants ! » [/marine]

Seigneur, soutiens les catéchistes, les éducateurs, les enseignants, les parents, qui assument des tâches difficiles auprès des enfants. Que l’Esprit Saint leur inspire la manière juste d’exercer leur autorité pour les faire grandir et progresser. Écoute notre prière.

[marine]Écoute la prière de ce monde qui t’attend ![/marine]
[marine]Donne-nous la lumière, à nous qui sommes tes enfants ! » [/marine]

pucePlan du site puceContact puce RSS

2012-2018 © - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.5
Hébergeur : OVH