Aspirons à la gloire de Dieu

Retrouvez ici l’évangile du 1er juin 2014, 7ème dimanche de Pâques (année A), l’homélie du père Christophe Kerhardy, et la prière universelle des fidèles de la Résidence du Sacré-Cœur.

Article mis en ligne le 2 juin 2014

par Père Christophe Kerhardy sj
logo imprimer
{id_article}

Retrouvez ici l’évangile du 1er juin 2014, 7ème dimanche de Pâques (année A), l’homélie du père Christophe Kerhardy, et la prière universelle des fidèles de la Résidence du Sacré-Cœur.

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il leva les yeux au ciel et pria ainsi : « Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils, afin que le Fils te glorifie. Ainsi, comme tu lui as donné autorité sur tout être vivant, il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c’est de te connaître, toi, le seul Dieu, le vrai Dieu, et de connaître celui que tu as envoyé, Jésus Christ.

Moi, je t’ai glorifié sur la terre en accomplissant l’œuvre que tu m’avais confiée. Toi, Père, glorifie-moi maintenant auprès de toi : donne-moi la gloire que j’avais auprès de toi avant le commencement du monde. J’ai fait connaître ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner. Ils étaient à toi, tu me les as donnés, et ils ont gardé fidèlement ta parole. Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m’as donné vient de toi, car je leur ai donné les paroles que tu m’avais données : ils les ont reçues, ils ont vraiment reconnu que je suis venu d’auprès de toi, et ils ont cru que c’était toi qui m’avais envoyé. 



Je prie pour eux ; ce n’est pas pour le monde que je prie, mais pour ceux que tu m’as donnés : ils sont à toi, et tout ce qui est à moi est à toi, comme tout ce qui est à toi est à moi, et je trouve ma gloire en eux.

Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. »

(Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 17, 1-11a)

++++

[orange]L’homélie[/orange]

Le globe terrestre est vaste, il attend désormais les messagers de l’Évangile... Mais les apôtres ne se jettent pas à corps perdu dans leur mission ; avant de se disperser, avant de parler, de prêcher et de semer l’Évangile, l’Église se recueille. Entre l’Ascension et la Pentecôte, autour de Marie, les onze apôtres avec des frères et quelques femmes attendent d’être recouverts de l’Esprit Saint ; Marie, la mère de Jésus, n’est plus seule comme au temps de l’Annonciation pour dire oui au projet de Dieu.

Donc, entre l’Ascension et la Pentecôte, quelques jours de retraite nous sont offerts chaque année pour éviter la tentation de l’activisme. Certes, l’Église annonce, l’Église enseigne sans cesse, l’Église s’implique dans les œuvres sociales et caritatives, mais l’Église doit demeurer une communauté de prière, car c’est là qu’elle fait le plein d’Esprit-Saint et c’est lui qui donnera aux témoins du Christ le dynamisme pour mener les extrémités de la terre jusqu’au Royaume de Dieu.

Retirée au cénacle, l’Église prie là où Jésus avait prié juste avant sa Passion. Dans l’Évangile d’aujourd’hui, nous avons entendu un passage de cette prière et qu’est-ce que demande Jésus ? « Père, l’heure est venue maintenant, glorifie ton Fils afin que ton Fils te glorifie. Toi, Père, glorifie-moi maintenant. »

Jésus vient de prendre la place du serviteur et de laver les pieds de ses disciples... et il demande au Père de le glorifier, curieuse demande de la part de celui qui a fait de l’humilité, un chemin de perfection. Mais quelle est cette gloire qu’il demande ?

La gloire qu’il demande n’a rien à voir avec les gloires mondaines qu’on mesure à l’aulne des richesses ou des pouvoirs qui ont le chic d’en mettre plein la vue. Relisez Le Bourgeois gentilhomme ou L’Avare de Molière et vous verrez combien ces gloires sont pathétiques.

Dans la Bible, la gloire, c’est la densité de vie qui se trouve en Dieu. Ainsi, la gloire que demande Jésus, c’est l’autre nom de la vie éternelle, l’autre nom de la résurrection ; et lorsque Jésus, dénué de tout instinct de propriété et de revendication égoïste, demande la gloire, c’est pour l’offrir à d’autres : « Le Fils donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés », promet Jésus. Par lui, la vie éternelle sera notre héritage, peut-on espérer plus que cela ?

Voilà l’invitation de ce dimanche : aspirer à la gloire de Dieu au lieu d’entretenir en nous le goût de la gloire du monde, du vedettariat et des stars du spectacle.

« La gloire de Dieu c’est l’homme vivant et la vie de l’homme, c’est la vue de Dieu », disait saint Irénée de Lyon. Oui, toute la gloire de Dieu est dans l’homme sauvé et pour Jésus, c’est quand nous serons vivants à jamais, quand nous serons vraiment enfants de sa patrie, que le jour de sa gloire sera arrivé.

En attendant ce jour, celui où l’humanité sera pleinement unie au Christ ressuscité, nous prions.

Prier c’est prendre distance, lâcher prise sur les choses très urgentes qui nous accaparent : le travail à faire, l’épisode de Rosario ou celui des Feux de l’amour qu’il ne faut surtout pas manquer ! Prier ce sera discerner ce qui plaît à Dieu en évitant de courir tête baissée dans les soucis qui nous tombent dessus et qu’il faut régler au plus vite. Prier ce sera aussi lâcher prise sur nos erreurs passées qui nous taraudent et nous empêchent de vivre. Prier ce sera encore résister à l’esprit du monde marchand qui réduit l’homme à une machine à consommer, à acheter, à pousser un chariot dans un supermarché...

Frères et sœurs, ne nous laissons pas submerger par tout cela car l’homme vit d’abord d’amour. Même pourvu de grandes richesses, s’il lui manque l’amour, il se disloque, il se perd, il ne sait plus ce qu’il fabrique sur la terre.

L’amour qui donne poids et consistance à notre vie, l’amour qui comble nos désirs, c’est cela la gloire que Dieu veut partager avec nous.

Entre l’Ascension et la Pentecôte, avant de parler, de prêcher et d’annoncer l’Évangile, autour de Marie, les apôtres se recueillent. C’est la première neuvaine de l’Église. Cette semaine nous est donnée pour demander l’amour de Dieu ; le globe terrestre est vaste qui en a tant besoin, alors, maranatha : Viens, Seigneur ! Que ton amour embrase le monde, afin que ta gloire soit connue sur la terre.

++++





[orange]La prière universelle[/orange]






[marine]Ô Seigneur en ce jour, écoute nos prières[/marine]

Pour l’Église, qui continue d’être fidèle à la Parole de Dieu et à la proclamer au monde entier, prions le Seigneur.

[marine]Ô Seigneur en ce jour, écoute nos prières[/marine]

Pour tous les chrétiens : malgré les railleries ou les persécutions, qu’ils soient heureux d’être les disciples du Christ, porteurs de son Évangile et défenseurs de leur foi. Prions le Seigneur.

[marine]Ô Seigneur en ce jour, écoute nos prières[/marine]

Pour notre communauté : pendant ce temps d’attente de la Pentecôte, comme Marie et les Apôtres, mettons-nous en prière pour entrer en mission et nous engager dans l’action. Prions le Seigneur.

[marine]Ô Seigneur en ce jour, écoute nos prières[/marine]

Seigneur, envoie le Saint-Esprit pour éclairer et accompagner celles et ceux qui se préparent pour être confirmés le jour de la Pentecôte. Nous te prions.

[marine]Ô Seigneur en ce jour, écoute nos prières[/marine]


pucePlan du site puceContact puce RSS

2012-2018 © - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.5
Hébergeur : OVH