Notre eucharistie n’est pas un self service mais un véritable repas

Retrouvez ici l’évangile du 22 juin 2014, solennité du Saint-Sacrement (année A), l’homélie du père Christophe Kerhardy, et la prière universelle des fidèles de la Résidence du Sacré-Cœur.

Article mis en ligne le 24 juin 2014

par Père Christophe Kerhardy sj
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Retrouvez ici l’évangile du 22 juin 2014, solennité du Saint-Sacrement (année A), l’homélie du père Christophe Kerhardy, et la prière universelle des fidèles de la Résidence du Sacré-Cœur.

[orange]L’évangile[/orange]

Après avoir nourri la foule avec cinq pains et deux poissons, Jésus disait : « Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. »

Les Juifs discutaient entre eux : « Comment cet homme-là peut-il nous donner sa chair à manger ? »

Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’aurez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.

« En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en lui. De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même aussi celui qui me mangera vivra par moi. Tel est le pain qui descend du ciel : il n’est pas comme celui que vos pères ont mangé. Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement. »

(Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 6, 51-58)

++++

[orange]L’homélie[/orange]

Comment ne pas se souvenir des processions de la « Fête-Dieu » où le Saint Sacrement, accompagné de cantiques populaires et de volutes d’encens, parcourait les rues de nos villes et de nos villages... Julienne de Cornillon, la religieuse qui est à l’origine de cette fête, il y a 750 ans, doit se demander ce qu’est devenu le temps des reposoirs, des pétales de fleurs et des prêtres transpirant à grosses gouttes sous de lourdes chapes.

Dans l’Évangile que nous venons d’entendre, Jésus arrive à la fin de son enseignement sur l’Eucharistie, il ne cherche pas à nous expliquer comment il sera présent dans le pain et le vin mais il affirme sans détour : « Si vous ne mangez la chair du Fils de l’Homme et si vous ne buvez son sang, vous n’aurez pas la Vie en vous ». Ces paroles suscitent des réactions hostiles, de nombreux disciples sont choqués et ils quittent la synagogue en déclarant : « Ce qu’il dit là est intolérable, on ne peut pas continuer à l’écouter ! ». Il faut savoir, en effet, que la loi de Moïse interdisait de consommer du sang.

Mais nous, nous ne prendrons pas nos distances, nous ne nous installerons pas dans l’anorexie eucharistique car nous croyons que Jésus a les paroles de la vie éternelle. Et pour rester en sa présence, comme les premiers chrétiens, assidus à la prière nous écoutons sa Parole, nous essayons d’y être fidèles, et nous nous réunissons pour la fraction du pain et la communion fraternelle.

De même que sans nourriture, nous dépérissons, de même si nous ne mangeons pas la chair du Fils de l’Homme, si nous ne prêtons jamais attention à sa Parole, notre énergie spirituelle diminue. Comment voulez-vous que les sarments d’une vigne donnent du fruit s’ils ne demeurent pas attachés au cep ? Ainsi par le sacrement de l’Eucharistie, Jésus nous remplit de sa vie, de sa force, de sa vigueur, comme il le dit lui-même : « Celui qui me mangera vivra par moi ! »

De plus, en communiant, nous sortons de notre coquille car le corps du Christ nous soude les uns aux autres. Jésus qui désire partager sa vie avec tous est le ciment de notre unité. Par conséquent, notre eucharistie n’est pas un self-service où je viens chercher juste pour moi ce dont j’ai envie. Elle est un véritable repas où nous partageons le corps du Christ.

Saint Paul insiste sur ce point : « Frères, le pain que nous rompons n’est-il pas communion au Corps du Christ ? Puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, car nous avons part à un seul pain ».

Cette petite mise au point tient au fait qu’à Corinthe, des chrétiens se regroupaient par affinités et que les clans disloquaient l’unité de la communauté. C’est pourquoi saint Paul réagit et rappelle que le repas du Seigneur doit unir tous les croyants, sans faire de distinguo entre les uns et les autres.

Tous les amateurs de foot vous le diront. Si vous suivez la Coupe du monde, vous pouvez sentir combien l’esprit d’équipe est essentiel si l’on veut gagner.

Imaginez un très grand filet composé de multiples fils tous tissés ensemble. Il arrive facilement que quelques mailles soient rompues. Un filet avec des trous laisse filer le poisson. Les chrétiens sont pour le monde, le filet du Christ ; s’il est troué, il faut le réparer.

La meilleure façon de le faire, c’est de conforter la foi de ceux qui doutent, de redonner de l’espérance à ceux qui sont minés par les soucis, et surtout de pratiquer la charité, d’être serviables envers les autres, spécialement les plus fragiles, de promouvoir les personnes plutôt que de chercher la petite bête à leur égard. Ainsi, à chaque fois que nous entretenons des relations amicales et fraternelles, nous communions au Christ qui offre tout pour l’unité et la paix du genre humain.

C’est ainsi que l’on passe du corps eucharistique de Jésus à son corps ecclésial.

À la suite de Jésus, l’Église qui forme le corps du Seigneur ne peut s’enfermer dans un ghetto, ni se contenter d’une pieuse unité, célébrée le temps d’une messe ; nos eucharisties doivent nous propulser, comme un seul homme, vers le large, vers le monde.

Prions pour que notre communion au corps du Seigneur, nous donne assez d’énergie pour aller réparer nos sociétés tellement trouées et désunies.

++++



[orange]La prière universelle[/orange]





Seigneur, le don de ton Corps et de ton Sang
est le ferment de notre unité.
Pour le sacrement de l’Eucharistie
qui nous révèle la grandeur et la sainteté du Mystère
qui nous introduit dans la vie du Père,
nous te rendons grâce.

[marine]Seigneur, nourris ton peuple du Pain d’éternité[/marine]

Prions pour le pape, les évêques, les prêtres qui,
chaque jour, renouvellent le sacrement de l’Eucharistie
qui nous fait participer à la vie même du Christ,
offerte pour notre salut.
Seigneur, nous te prions.

[marine]Seigneur, nourris ton peuple du Pain d’éternité[/marine]

Prions pour ceux qui ne peuvent pas communier.
Que le pain rompu et la coupe d’action de grâce
les unissent à leurs frères et à leurs sœurs
dans le Christ Jésus qui rassemble la multitude.
Seigneur, nous te prions.

[marine]Seigneur, nourris ton peuple du Pain d’éternité[/marine]

Prions pour ceux et celles qui vont recevoir
pour la première fois
le sacrement de communion.
Que cette nourriture les fortifie et les fasse grandir
dans la foi et la fidélité au Christ
qui donne la vie éternelle.
Seigneur, nous te prions.

[marine]Seigneur, nourris ton peuple du Pain d’éternité[/marine]


pucePlan du site puceContact puce RSS

2012-2018 © Jésuites à La Réunion - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.22
Hébergeur : OVH