Bandeau
Jésuites à La Réunion
Slogan du site

Le site des jésuites à La Réunion. La communauté de la Résidence du Sacré-Cœur, les activités de la chapelle de la Résidence et du Centre Saint-Ignace.

logo article ou rubrique
Renoncer à soi-même et prendre sa croix
Article mis en ligne le 9 septembre 2019
dernière modification le 10 septembre 2019

par P. Thang Nguôn sj, chapelain

Retrouvez ici l’évangile du dimanche 8 septembre 2019, 23e dimanche du Temps ordinaire, ainsi que l’homélie à la chapelle du Sacré-Cœur.

Les lectures du jour

Nous poursuivons la lecture de l’évangile de saint Luc. Depuis le dimanche 30 juin, il nous invite à suivre le Christ sur sa route vers Jérusalem. Sur cette route, pour saint Luc, Dieu sauve.

L’évangile de ce dimanche nous invite donc à suivre Jésus. Cette invitation n’est pas aussi simple que nous le pensons. Suivre Jésus exige des choix radicaux : le préférer à tous ses biens et même à sa propre famille ! Pour marcher à la suite de Jésus, il faut donc renoncer à soi-même et prendre sa croix chaque jour ( l’évangéliste l’a déjà dit au chapitre 9).

Loin d’être un sauveur compatissant, Jésus, dans l’évangile de ce jour, apparaît davantage comme un maître de sagesse, un maître qui avertit sévèrement les candidats au statut de disciples.

Suivre Jésus revêt un caractère absolu, total, définitif. Pour suivre Jésus, il faut se concentrer sur Lui. Est-ce que c’est trop demander à ceux qui sont de bonne volonté ?

Pourtant, ceux qui sont parents et grand-parents ont déjà fait l’expérience d’un choix radical. Depuis deux semaines, ces grands-parents sont en train de se reposer, de récupérer après une période intense que représente la présence de leurs petits-enfants.

On ne peut pas nier que la présence des petits-enfants fait toujours plaisir à leurs grands-parents. Mais voilà, les petits-enfants sont très dynamiques, parfois même turbulents ! Comme la santé diminue avec l’âge, l’effort de concentration pour ses « petits choux », à la longue, devient physiquement difficile !!! S’occuper de ses petits-enfants, n’est-ce pas un choix radical ? Pourtant, les grands-parents ne rechignent jamais d’avoir la visite de leurs « petits choux » car il y a une raison : ils les aiment.

S’occuper de ses petits-enfants a un caractère radical, et cela suppose l’amour.

A partir de ce vécu, nous pouvons aussi penser que le caractère radical du choix de suivre le Christ s’atténue si nous aimons vraiment le Christ.

Et puis, Dieu ne nous laisse pas seuls. La première lecture, tirée du livre de la Sagesse, nous rappelle que sans l’Esprit nous ne connaissons pas la volonté de Dieu : « Et qui aurait connu ta volonté, si tu n’avais pas donné la Sagesse et envoyé d’en-haut ton Esprit Saint ? »

Le caractère radical de l’invitation à suivre Jésus suppose, exige, de notre part, l’amour du Christ. Si nous croyons que nous sommes les seuls à agir, nous oublions un principe fondamental dans notre foi chrétienne : l’antériorité de l’amour de Dieu pour nous ; Dieu nous aime avant que nous décidions de l’aimer.

Aussi, pouvons-nous demander au Seigneur de reconnaître l’amour qu’il a pour nous, afin de mieux Le suivre et mieux Le servir auprès de nos frères humains.