Bandeau
Jésuites à La Réunion
Slogan du site

Le site des jésuites à La Réunion. La communauté de la Résidence du Sacré-Cœur, les activités de la chapelle de la Résidence et du Centre Saint-Ignace.

logo article ou rubrique
Laissons-nous toucher par sa miséricorde
Article mis en ligne le 16 septembre 2019

par P. Thang Nguôn sj, chapelain

Retrouvez ici l’évangile du dimanche 15 septembre 2019, 24e dimanche du Temps ordinaire (année C), ainsi que l’homélie à la chapelle du Sacré-Cœur.

Les lectures du jour

Dans l’évangile d’aujourd’hui, saint Luc nous rapporte le récit des trois paraboles. Quel est le point commun de ces paraboles ? C’est la joie des retrouvailles. Bizarrement, Jésus parle de la joie des retrouvailles à son auditoire, non pour expliquer ce qu’est la joie, mais cela fait suite à leurs reproches : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! ». Comment pouvons-nous comprendre ces reproches ?

« Cet homme fait bon accueil aux pécheurs ... » Si Jésus fait bon accueil aux pécheurs, nous pouvons supposer que ces pécheurs apprécient Jésus ; ils sont à sa recherche . Nous pouvons nous demander si tous les pécheurs du temps de Jésus se laissaient attirer par lui. La réponse est très improbable. Dans son évangile (23, 39-42), saint Luc nous rapporte le récit du « bon larron ». L’un des deux condamnés avec Jésus, profère les moqueries et les injures des chefs et des soldats : « N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi ! » Par contre, l’autre reconnaît humblement le mal qu’il a fait. Le bon accueil de Jésus aux pécheurs n’est reçu que par ceux qui se sentent attirés vers lui, quel que soit son état de sainteté !

« ... et il mange avec eux ! » Si je prends le repas avec quelqu’un, cela signifie que l’autre compte pour moi. Il y a, au minimum, un terrain d’entente, quelque chose de commun à partager. Et comme on dit « qui se ressemble, s’assemble », on ne peut pas manger avec des inconnus. Son auditoire reconnaît Jésus comme Fils de Dieu : Jésus ne peut donc pas être mêlé à ceux qui se comportent contre la loi de Dieu. Mais si Jésus mange avec les pécheurs, il y a comme une contradiction, quelque chose d’illogique dans l’être de Jésus. Son auditoire est enfermé dans la logique « cause - effet ». Pour autant, il ne faut pas le condamner aussi vite.

Nous mêmes, nous savons que faire le bien n’est ni facile ni évident, car nous devons faire un effort, parfois accepter ce qui est pour nous l’injustice. Quand nous parvenons au statut « de quelqu’un de bien », nous avons « payé » le prix !!! Et puisque nous avons payé, nous pensons que « nous avons droit à ... ». C’est là que Jésus nous invite à sortir de la logique « cause - effet » pour accueillir la phrase du père à son fils aîné dans la parabole du fils prodigue ; « Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. »

Ne mettons pas en avant le bien que nous croyons avoir en nous !
Demandons plutôt au Seigneur de nous laisser toucher par sa miséricorde.