Bandeau
Jésuites à La Réunion
Slogan du site

Le site des jésuites à La Réunion. La communauté de la Résidence du Sacré-Cœur, les activités de la chapelle de la Résidence et du Centre Saint-Ignace.

logo article ou rubrique
Dire qui est Jésus pour soi-même
Article mis en ligne le 23 mars 2020
dernière modification le 4 avril 2020

par P. Thang Nguôn sj, chapelain

Retrouvez ici l’évangile du dimanche 22 mars 2020, 5e dimanche de Carême (année A), ainsi que l’homélie à la chapelle du Sacré-Cœur.

Les lectures du jour

En ce 4e dimanche de Carême, l’évangile nous parle d’une guérison d’un aveugle-né. Cette guérison est une occasion de controverses sur l’identité de Jésus entre les gens de l’époque notamment les autorités religieuses. Cette guérison est particulière : elle ne conduit pas tout de suite à la foi dans le Christ. Regardons-la de plus près.

Pour nous introduire à cette guérison particulière, faisons un détour par l’événement qui touche le monde entier : le COVID19 ou le Coronavirus. Grâce au COVID-19 (Coronavirus), nous expérimentons depuis bientôt une semaine le confinement. À peine une semaine, et certains d’entre nous ont déjà du mal à supporter la contrainte de rester chez soi. Ainsi, nous découvrons ce qu’est la liberté de mouvement ne serait-ce que se promener dans son quartier (avec ou sans son animal de compagne), se déplacer d’une commune à une autre, voyager. Nous connaissions la liberté de mouvement, de se déplacer dans la théorie. Maintenant, nous goûtons le manque de cette liberté.

À la fin de l’évangile d’aujourd’hui, Jésus dit à l’aveugle qui a retrouvé la vue : « Tu le vois et c’est Lui qui te parle » (v 37). Nous pouvons être étonnés de la remarque de Jésus et nous pouvons nous demander pourquoi l’aveugle guéri a tant attendu pour croire en Jésus Christ. Il semblerait que pour saint Jean, les miracles seuls, ne suffisent pas pour croire en Jésus Christ. Pour croire en Jésus Christ, il faut cheminer avec les différentes controverses et les idées préconçues sur Jésus. Cela ne peut se faire qu’à partir d’un cheminement dans lequel on doit dire qui est Jésus pour soi-même (cf. « Et toi, que dis-tu de lui, puisqu’il t’a ouvert les yeux ? » (v 17). Puis, c’est à nous de le voir, de l’entendre parler. C’est à dire avoir un esprit ouvert pour reconnaître que Jésus est là, présent et qui nous parle. Croire en Jésus Christ suppose que nous ne soyons pas encombrés de nos préoccupations, nos idées, mais de Lui réserver une place (même petite) dans notre vie.

Demandons au Seigneur la grâce de mieux reconnaître la présence de Jésus Christ dans notre vie afin de mieux goûter son amour pour nous.