Bandeau
Jésuites à La Réunion
Slogan du site

Le site des jésuites à La Réunion. La communauté de la Résidence du Sacré-Cœur, les activités de la chapelle de la Résidence et du Centre Saint-Ignace.

logo article ou rubrique
« Mon joug est facile à porter »
Article mis en ligne le 8 juillet 2020

par P. Thang Nguôn sj, chapelain

Retrouvez ici l’évangile du dimanche 5 juillet 2020, 14e dimanche du Temps ordinaire (année A), ainsi que l’homélie du père Thang.

Les lectures

Le passage de l’évangile de ce dimanche se trouve au chapitre 11 de l’évangile selon saint Matthieu. Ce chapitre et le suivant font partie de ce que les exégètes appellent « interrogations et controverse » qui se trouvent juste après l’envoi des disciples en mission. Le passage d’évangile d’aujourd’hui parle de plusieurs thèmes notamment la révélation du Père par son Fils, Jésus Christ. Prenons un peu de temps pour méditer ce thème avec quelques détours.

Dans l’évangile d’aujourd’hui, Jésus nous lance un appel (« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau ... » (Mt 11, 28a)), puis, il fait une promesse de repos (« et moi, je vous procurerai le repos » (Mt 11, 28b)). Ensuite, vient l’invitation (« Prenez sur vous mon joug… » (Mt 11, 29a)) avec des arguments sur sa personne (« Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger » (Mt 11, 30)). Il me semble que cette invitation et cette promesse sont de moins en moins entendues par nos contemporains y compris dans les pays où le christianisme était la religion majoritaire. L’exigence morale chrétienne, le poids des commandements de l’Église sont parmi les raisons avancées et qui contredisent « le repos », « le joug facile à porter »« le fardeau léger » ; l’Église est pour ainsi dire à l’inverse ce que propose Jésus. Avec les jugements sur l’Église, l’évangile ne serait donc plus une bonne nouvelle. Face à cette situation, certains chrétiens font des propositions pour mieux répondre aux attentes de nos contemporains modernes. Ainsi, l’évangile serait ainsi plus abordable pour beaucoup de monde dont nos proches.

Mais il me semble qu’il y a une autre réflexion. Pour répondre à l’invitation de Jésus et bénéficier l’accomplissement de sa promesse, il faut être tout simplement… petit ! Petit comme au verset 25 : « Père, Seigneur du ciel et de la terre… ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. » La révélation du Père se fait aux tout-petits et par Jésus Christ. Être tout-petits, devenir comme les enfants, nous renvoie un peu plus loin dans l’évangile de saint Matthieu avec la question des disciples « qui est le plus grand dans le Royaume des cieux ? » (Mt 18, 1). Être tout-petits est le contraire des « valeurs » de nos sociétés où il faut être fort, brillant, être beau (belle), et éventuellement sage. C’est pourtant la condition, l’exigence pour accueillir le Christ, la révélation du Père et le Royaume des cieux.

Demandons au Seigneur la grâce de ne pas nous laisser attirer par les sirènes de la consommation pour le bien-être mais de ne choisir que le Christ.