Bandeau
Jésuites à La Réunion
Slogan du site

Le site des jésuites à La Réunion. La communauté de la Résidence du Sacré-Cœur, les activités de la chapelle de la Résidence et du Centre Saint-Ignace.

logo article ou rubrique
Obéir par affection
Article mis en ligne le 30 septembre 2020

par P. Thang Nguôn sj, chapelain

Retrouvez ici l’évangile du dimanche 27 septembre 2020, 26e dimanche du Temps ordinaire (année A), ainsi que l’homélie du père Thang.

Les lectures

Dans l’évangile que nous venons d’entendre, Jésus propose une histoire familiale, celle d’un homme et de ses deux fils. Ensuite, il reproche à son auditoire leur incrédulité à l’annonce par Jean le Baptiste de la venue du Royaume. L’histoire que Jésus raconte ne laisse pas de doute pour la réponse : c’est le premier fils qui a fait la volonté du père. Mais avant que le premier fils fasse la volonté de son père, il est passé par plusieurs étapes. Regardons de plus près ce qui a traversé l’esprit de ce fils.

« Un homme avait deux fils ... » (Mt 21, 28), le père formule la même demande à ses deux fils. Les deux ne répondent pas la même chose. Il y a deux manières d’agir : le premier fils a finalement fait ce que son père lui a demandé après avoir dit non. Le deuxième a répondu oui à son père mais il n’a pas fait selon ses dires. Pourquoi le premier fils a-t-il finalement fait ce qu’il avait refusé de faire ? Parce qu’il s’est repenti. Le récit utilise le terme « s’étant repenti » (Mt 21, 29). Ou bien, dans une autre traduction, « ayant du remords ». D’après le dictionnaire « Larousse », se repentir c’est « manifester un regret sincère de ses péchés, de sa faute, accompagné de l’intention de réparer » et avoir du remords, c’est avoir une « vive douleur morale causée par la conscience d’avoir mal agi ».

Regret sincère, douleur morale ont un point commun : le sentiment. Le premier fils s’est laissé gagner par le sentiment dans la demande de son père ; la demande de son père ne le laisse pas indifférent. Dit autrement, la demande de son père de travailler à la vigne est plus qu’un travail : son père lui demande ce travail parce qu’il est son fils. C’est par le sentiment que ce fils accorde de l’importance à la demande de son père. Beaucoup d’entre nous peuvent peut-être se rappeler que lorsqu’ils étaient petits, certes, ils craignaient des reproches de leurs parents pour rendre quelques services à la maison. Mais surtout, ils rendaient service parce qu’ils ne voulaient pas peiner leurs parents.

Les reproches de Jésus à son auditoire pour leur incrédulité à l’annonce du Royaume des cieux par Jean le Baptiste ne sont pas seulement une question de foi. Ils montrent le peu de sentiment voire même l’absence de sentiment de son auditoire pour le Royaume et pour Jésus lui même. Pour son auditoire, le Royaume serait une place à posséder, à acquérir. Il n’est pas le lieu pour être avec le Dieu créateur. C’est ainsi que l’auditoire de Jésus n’a aucune affection pour Lui.

Demandons au Seigneur de nous accorder la grâce de mieux L’aimer afin de mieux Le servir là où, appelés, nous nous sommes engagés.

(Illustration : evangile-et-peinture.org)]