Bandeau
Jésuites à La Réunion
Slogan du site

Le site des jésuites à La Réunion. La communauté de la Résidence du Sacré-Cœur, les activités de la chapelle de la Résidence et du Centre Saint-Ignace.

logo article ou rubrique
L’autre n’est pas le moyen de satisfaire mes désirs
Article mis en ligne le 27 octobre 2020
dernière modification le 2 novembre 2020

par P. Thang Nguôn sj, chapelain

Retrouvez ici l’évangile du dimanche 25 octobre 2020, 30e dimanche du Temps ordinaire (année A), ainsi que l’homélie du père Thang.

Les lectures

Nous poursuivons la lecture de l’évangile selon saint Matthieu depuis le dimanche 11 octobre. L’évangile de ce dimanche est au chapitre 22. Appelé par les exégètes « les exigences communautaires du Royaume », il nous parle des deux plus grands commandements dans la Loi de Moïse (« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit… Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » (Mt 22, 37 & 39). Ces deux commandements ont un point commun : l’amour ; l’expression « Tu aimeras ... » est répétée deux fois. Prenons le temps de méditer cette expression.

L’expression de Jésus « Tu aimeras ... » demande à l’auditoire de Jésus, et à nous aussi d’agir. Dans quel but ? Pour qui ? « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit... » (Mt 22, 37) signifie que tout notre être doit se consacrer au Seigneur. « De tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit ... » voudrait dire qu’il n’y a plus rien qui nous appartient, nous y compris. Ce commandement est déjà difficile à observer, Jésus ajoute encore : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » (Mt 22, 39). Bref, il n’y a plus de place pour « moi », « je » ; c’est la dépossession. Se déposséder, c’est le contraire de ce que nous vivons tous les jours : nous cherchons à vivre, à exister, à être reconnu ou bien tout au moins à avoir une relation « gagnante – gagnante » (« win - win » comme disent certains pays).

Répétée par deux fois, l’expression « Tu aimeras... » montre que les deux commandements sont intimement liés. L’autre, Dieu et/ou bien un autre être humain, ne doit pas être le moyen pour satisfaire mes désirs, même si mes désirs sont les plus nobles comme par exemple aller servir les pauvres, les handicapés, les plus démunis. C’est l’erreur que commettent parfois certains volontaires bénévoles qui, une fois confrontés à la réalité, quittent de suite le lieu ou bien se comportent très mal avec les gens qu’ils sont supposés aider.

Comme saint Ignace le suggérait, demandons au Seigneur de nous accorder la grâce d’une connaissance intérieure du Christ afin de mieux l’aimer et de mieux le servir auprès de nos frères humains.