Paix à cette maison !

Retrouvez l’évangile du 7 juillet 2013, 14ème dimanche du Temps ordinaire (année C), l’homélie du père Christophe Kerhardy, et la prière universelle des fidèles de la Résidence du Sacré-Cœur.

Article mis en ligne le 10 juillet 2013

par Père Christophe Kerhardy sj
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Retrouvez ici l’évangile du 7 juillet 2013, 14ème dimanche du Temps ordinaire (année C), l’homélie du père Christophe Kerhardy, et la prière universelle des fidèles de la Résidence du Sacré-Cœur.

[orange]L’évangile[/orange]

Parmi ses disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux devant lui dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller.

Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. N’emportez ni argent, ni sac, ni sandales, et ne vous attardez pas en salutations sur la route.

« Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : “Paix à cette maison.” S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous servira ; car le travailleur mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.

« Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qu’on vous offrira. Là, guérissez les malades, et dites aux habitants : “Le règne de Dieu est tout proche de vous.”
Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, sortez sur les places et dites : “Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous la secouons pour vous la laisser. Pourtant sachez-le : le règne de Dieu est tout proche.”

Je vous le déclare : au jour du Jugement, Sodome sera traitée moins sévèrement que cette ville. »

Les soixante-douze disciples revinrent tout joyeux. Ils racontaient : « Seigneur, même les esprits mauvais nous sont soumis en ton nom. »

Jésus leur dit : « Je voyais Satan tomber du ciel comme l’éclair. Vous, je vous ai donné pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et pouvoir sur toute la puissance de l’Ennemi ; et rien ne pourra vous faire du mal. Cependant, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux. »

(Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10, 1-12.17-20)

++++

[orange]L’homélie[/orange]

Depuis quelques mois, les disciples étaient à l’école de Jésus ; ils écoutaient le maître, observaient ses faits et gestes, et aujourd’hui, pour vérifier que sa mission devient leur mission, il en choisit soixante-douze et les envoie deux par deux. Dieu est habitué à unir deux personnes. Depuis la Genèse, il compte sur deux pour se multiplier. Et c’est aussi une tradition en Israël qu’un témoignage .n’est valable que s’il est confirmé par deux personnes. Eh bien, pour annoncer le Royaume et témoigner de l’amour, Jésus assemble les disciples deux à deux. Cela signifie que la mission de l’Église n’est pas le fait de travailleurs indépendants, établis à leur compte. L’annonce de l’Évangile supporte mal de faire cavalier seul, c’est un travail d’équipe. Ne pensez-vous pas qu’à plusieurs, portés par la fraternité, par la force du groupe, nous repoussons nos limites personnelles et nous allons bien plus loin ? Regardez par exemple le tour de France, un cycliste n’est jamais seul. Même s’il est le leader, même s’il porte le maillot jaune, sa victoire c’est celle d’une équipe tout entière.

Jésus les envoie donc deux par deux et la tâche ne sera pas de tout repos car : « La moisson est abondante et les ouvriers sont peu nombreux ». Apparemment, au pôle emploi de l’Église, on ne bouscule pas au portillon. La pénurie de vocations que nous déplorons aujourd’hui remonte donc au temps de Jésus. C’est vrai que la fécondité de la mission repose avant tout sur Dieu mais prions quand même pour que le Seigneur envoie des ouvriers pour sa moisson. Car il ya du boulot et beaucoup de gens sont en attente !

Quand on regarde les apôtres partir en mission, savates deux doigts aux pieds, une seule tunique, rien dans les poches, rien dans les mains, sinon un bâton pour la marche, on se dit : Mon Dieu, qu’on est loin de ce qui se passe à Gillot, avec ces montagnes de valises qu’on a remplies à ras bord pour passer quelques semaines de vacances. Enfin, Jésus n’envoie pas les apôtres en vacances...

Si Jésus impose aux disciples de voyager léger, c’est pour une raison bien précise : il veut leur faire sentir tout le pouvoir de la Parole. Nous, nous pensons que l’efficacité d’une entreprise dépend des moyens dont on dispose, et on ne se prive pas d’en réclamer toujours davantage. Mais nous aurons beau disposer d’une batterie de moyens, si nous n’avons pas assez de ferveur, s’il nous manque l’enthousiasme pour le Royaume, notre mission ne portera pas beaucoup de fruits. D’ailleurs, pour réconcilier le monde, le Christ n’a emporté que l’amour, que la douceur d’un agneau pour convertir un monde de loups.

« Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups ... Dites d’abord paix à cette maison. » Que de dégâts lorsque la paix quitte une maison, une famille, un pays, quelle souffrance pour des parents de voir leurs enfants s’entredéchirer. Combien de cœurs vivent sans paix !

C’est pourquoi ils sont désespérés et se combattent, tenaillés par tant de haine ! Combien ont peur des autres et sont agressifs ? Pour que recule tout ce mal, nous ne sommes pas envoyés pour faire du prosélytisme, pour imposer la foi par la force, nous sommes envoyés pour apporter la paix. Dites d’abord “paix” à cette maison, c’est-à-dire commence par un salut tout simple, par un shalom, souhaite un beau jour, un jour de calme, un jour de paix à ton frère et même à tes ennemis et tu ne seras pas loin du Royaume de Dieu.

On entend parfois dire : « Si tu veux la paix prépare la guerre ».

Eh bien non, surtout pas !

Si tu veux la paix, prépare d’abord la fraternité. Si tu veux la paix, enseigne l’amour du prochain.

Si tu veux la paix, va vite te réconcilier avec ton adversaire.

Si tu veux la paix, purifie les mémoires, polluées par trop de rancœurs.

Si tu veux la paix, mets en œuvre la solidarité.

Si tu veux la paix, manifeste beaucoup de miséricorde. Alors, si tu offres tout cela aux autres, ta vie sera à l’image du Christ et ton cœur sera vraiment dans la paix.

++++

[orange]La prière universelle[/orange]

Prions pour l’Église. Qu’elle soit toujours accueillante et ouverte pour porter la bonne nouvelle du salut à tous les peuples du monde. Seigneur, entends notre prière.

[marine]Dans ta miséricorde, Seigneur, écoute-nous[/marine]

Prions pour que les ouvriers de la moisson soient plus nombreux. Malgré des conditions difficiles qu’ils peuvent rencontrer, que leur élan missionnaire soit porteur de consolation, de joie et de paix. Seigneur, entends notre prière.

[marine]Dans ta miséricorde, Seigneur, écoute-nous[/marine]

Prions pour tous ceux et celles qui sont en vacances. Qu’ils utilisent ce temps de repos pour se ressourcer et re-découvrir la joie de la prière qui redonne la vigueur au corps et à l’esprit. Seigneur, entends notre prière.

[marine]Dans ta miséricorde, Seigneur, écoute-nous[/marine]

Prions pour tous ceux qui ont réussi leurs examens, en particuliers les nouveaux bâcheliers. Leur réussite récompense le travail et les efforts consentis durant toute une année. Qu’ils envisagent avec courage et sérénité la suite de leur parcours. Seigneur, merci pour eux.


pucePlan du site puceContact puce RSS

2012-2018 © Jésuites à La Réunion - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.22
Hébergeur : OVH