La Transfiguration, une consolation pour nous

Retrouvez ici l’évangile du dimanche 1er mars 2015, 2ème dimanche de carême (année B), l’homélie du père Christophe Kerhardy et la prière universelle des fidèles de la Résidence du Sacré-Cœur.

Article mis en ligne le 2 mars 2015

par Père Christophe Kerhardy sj
logo imprimer
{id_article}

Retrouvez ici l’évangile du dimanche 1er mars 2015, 2ème dimanche de carême (année B), l’homélie du père Christophe Kerhardy et la prière universelle des fidèles de la Résidence du Sacré-Cœur.

En ce temps-là,
 
Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean,
et les emmena, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne.
Et il fut transfiguré devant eux.
Ses vêtements devinrent resplendissants,
d’une blancheur telle
que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille.
Élie leur apparut avec Moïse,
et tous deux s’entretenaient avec Jésus.
Pierre alors prend la parole
et dit à Jésus :
« Rabbi, il est bon que nous soyons ici !
Dressons donc trois tentes :
une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. »
De fait, Pierre ne savait que dire,
tant leur frayeur était grande.
Survint une nuée qui les couvrit de son ombre,
et de la nuée une voix se fit entendre :
« Celui-ci
est mon Fils bien-aimé :
écoutez-le ! »
Soudain, regardant tout autour,
ils ne virent plus que Jésus seul avec eux.
 
Ils descendirent de la montagne,
et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu,
avant que le Fils de l’homme
soit ressuscité d’entre les morts.
Et ils restèrent fermement attachés à cette parole,
tout en se demandant entre eux ce que voulait dire :
« ressusciter d’entre les morts ».
 
(Évangile selon saint Marc 9, 2-10)
Transfiguration. Fra Angelico.

Illustration : Fra Angelico.

++++

[orange]L’homélie[/orange]

Transfiguration. Alexander Andreyevich Ivanov.

Nous avons commencé le carême avec des cendres, symbole de péché et de mort ; puis dimanche dernier, en suivant Jésus au désert, nous avons porté notre attention sur les tentations qui nous guettent et le combat que l’on doit mener contre elles. Nous faisons des efforts, mais une part de nous-même sort des chemins de Dieu et n’est pas encore dans la lumière.

Aujourd’hui, nous prenons de la hauteur, nous nous élevons sur le sommet du Mont Thabor où les ombres et les ténèbres ne sont plus rien devant Jésus transfiguré.

Cette Transfiguration n’est pas le résultat d’effets spéciaux, qui ont l’art de fabriquer des images virtuelles. Au sommet du Mont Thabor, apparaît pour un moment l’humanité à venir de Jésus, une humanité de lumière bien réelle qui sera dévoilée à Pâques !

Mais à qui est destinée cette Transfiguration ?

Beaucoup disent qu’elle est destinée aux apôtres afin de leur donner du courage au moment de la Passion. Mais seront-ils si courageux quand Jésus sera arrêté et condamné au supplice de la croix ? On les verra plutôt fuir et même renier Jésus pour sauver leur peau. L’illumination de la Transfiguration n’aura pas empêché la frayeur des disciples et le sauve-qui-peut général.

C’est pourquoi il me semble que la Transfiguration est donnée avant tout à Jésus lui-même ! Il fait ici l’expérience de la glorification qui l’attend après qu’il ait donné sa vie. Ainsi peut-on parler d’une sorte de consolation spirituelle offerte d’abord à Jésus.

Au point où il en est, il sent que sa vie est déjà menacée, et que le terme est proche, bientôt il sera offert en sacrifice, comme Isaac. Mais son corps livré et cloué sur la croix ne sera pas anéanti, il resplendira de lumière ; son visage défiguré par la Passion deviendra radieux comme le soleil.

La Transfiguration est donc une assurance de réussite avant que soient enclenchées les hostilités contre Jésus.

Église de la Transfiguration à la Communauté de Jésus.

De plus, cette réussite de Jésus débordera sur les autres. Voyez comment Moïse et Élie, mais aussi Pierre, Jacques et Jean sont saisis par la gloire de Jésus. À travers eux, c’est toute l’humanité, celle de l’ancienne et de la nouvelle Alliance qui est irradiée par l’intense lumière qui émane de Jésus.

Pierre ne sait pas très bien quoi penser. Il propose à Jésus de dresser trois tentes, une pour lui, une pour Moïse et une pour Élie. Mais c’est inutile de monter des tentes, c’est le monde, cet être en péril qu’il faut élever dans le corps glorieux de Jésus.

Je dis bien « dans son corps » et j’insiste, car il me semble que beaucoup de chrétiens continuent à séparer l’âme et le corps. Combien de fois n’entendons-nous pas que l’âme montera au ciel tandis que le corps disparaîtra. S’il en est ainsi, pourquoi continuer à affirmer que nous croyons à la résurrection de la chair ? En Jésus, c’est tout l’être de l’homme qui sera transfiguré.

À ce sujet, rappelez-vous ce que dit Jésus à ses disciples qui le prennent pour un esprit ou un fantôme : « Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os, et vous constatez que j’en ai » (Luc 24, 39).

Le Christ ressuscité n’est ni un fantôme, ni un esprit, ni une âme désincarnée. Il est transfiguré des pieds à la tête, transfiguré de corps autant que d’âme. Et sa mission consiste à nous élever nous aussi dans cet état glorieux.

Du coup, la transfiguration de Jésus est une immense consolation pour nous, puisqu’elle nous concerne.

En effet, déjà, nos vies font corps avec le corps glorieux de Jésus. Même si tout n’est pas resplendissant en nous, même si nous constatons que nos corps s’abîment avec l’âge, avec les épreuves et les maladies, même si les trahisons du cœur les rendent ternes, il n’en reste pas moins que depuis notre baptême, nous sommes les membres du Christ, celui-là même qui « transfigurera notre corps de misère pour le conformer à son corps de gloire ! » (Ph 3, 21)

Dans un instant, des hosties de pain bien ordinaire vont devenir le Corps du Christ, les théologiens appellent cela la transsubstantiation. Nous, nous allons manger ces espèces consacrées, mais en réalité, en communiant, c’est le Seigneur qui nous assimile à ce qu’il est. Et ce qu’il est, c’est un corps radieux, lumineux, transfiguré. Alors, n’ayons aucun doute, la Transfiguration n’est pas une image virtuelle produite par un jeu d’effets spéciaux, c’est la réalité même de ce que nous serons quand la victoire de Jésus sera devenue notre héritage commun.

Icône de la Transfiguration.

Illustrations : Alexander Andreyevich Ivanov. Église de la Transfiguration à la Communauté de Jésus. Icône de la Transfiguration.
++++

[orange]La prière universelle[/orange]

[marine]Sur la terre des hommes,[/marine]
[marine]fais briller, Seigneur, ton amour ![/marine]

Que l’Église soit fidèle à la mission que le Christ lui a confiée. Qu’elle proclame la Parole de Dieu qui nous établit dans son amour. Seigneur, écoute notre prière.

Prions pour tous les chrétiens. En contemplant Jésus qui a donné sa vie pour sauver les hommes et qui transfigure notre humanité, que chacun mette sa pleine confiance dans l’amour de Dieu. Seigneur, écoute notre prière.

[marine]Sur la terre des hommes,[/marine]
[marine]fais briller, Seigneur, ton amour ![/marine]

Seigneur, sois lumière sur le chemin de ceux qui n’ont plus confiance en eux, en leurs frères et en toi. Comme Abraham, qu’ils aient foi en ta promesse de vie et en ton amour. Seigneur, écoute notre prière.

[marine]Sur la terre des hommes,[/marine]
[marine]fais briller, Seigneur, ton amour ![/marine]

Avec le groupe qui prie et agit pour l’abolition de la torture, nous te prions pour les 3000 Chinois qui ont été exécutés en 2014, ceux qui sont emprisonnés sans raison valable et qui subissent la torture. Seigneur, nous te confions toutes ces victimes, et nous prions pour que les libertés politiques et religieuses cessent d’être réprimées en Chine et partout ailleurs. Seigneur, écoute notre prière.

[marine]Sur la terre des hommes,[/marine]
[marine]fais briller, Seigneur, ton amour ![/marine]

pucePlan du site puceContact puce RSS

2012-2018 © - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.5
Hébergeur : OVH