Bandeau
Jésuites à La Réunion
Slogan du site

Le site des jésuites à La Réunion. La communauté de la Résidence du Sacré-Cœur, les activités de la chapelle de la Résidence et du Centre Saint-Ignace.

logo article ou rubrique
Film et Spiritualité : Lion
Article mis en ligne le 12 septembre 2022

par Équipe Film & Spiritualité

Film de Garth Davis (2016) avec Dev Patel, Nicole Kidman, Rooney Mara, David Wenham, Sunny Pawar. Photographie : Greig Fraser. Ce film a remporté plusieurs récompenses, notamment : pour Dev Patel, le Prix Virtuoso au Festival international du film de Santa Barbara, l’Aacta Award et le Bafta Award du meilleur acteur dans un second rôle ; pour Nicole Kidman, l’Aacta Award de la meilleure actrice dans un second rôle ; pour Greig Fraser le Prix de la meilleure photographie pour un film de l’American Society of Cinematographers et la Grenouille d’or de Camerimage. Version sous-titrée. Durée : 118 minutes. Version sous-titrée.

À cinq ans, Saroo se retrouve seul dans un train traversant l’Inde qui l’emmène malgré lui à 1600 kilomètres de sa famille. Perdu, le petit garçon doit apprendre à survivre seul dans l’immense ville de Calcutta...

On connaît la vie des enfants des rues, si nombreux en Inde. Difficile donc pour le spectateur de ne pas trembler en regardant déambuler ce petit bonhomme à la frimousse innocente, tantôt malicieuse, tantôt triste ou apeurée. Le film doit beaucoup au charme de Sunny Pawar, qui crève l’écran dans le rôle de Saroo – et qui, curieusement, ne fait pas partie des comédiens récompensés… sans doute les jurys n’ont-ils vu en lui que la grâce de l’enfance…

L’histoire suit Saroo jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge adulte. Entre temps, il aura changé de continent, trouvé une nouvelle famille, pris sa place dans la société… et un beau jour, les souvenirs de sa petite enfance se réveillent en lui. Ce Saroo adulte est interprété par Dev Patel, avec une intensité convaincante.

À ce duo d’acteurs répond l’interprétation de Nicole Kidman, touchante en mère adoptive qui se pose de nombreuses questions.

Mais cette extraordinaire aventure n’est pas seulement une performance d’acteurs : c’est aussi une histoire vraie, celle de Saroo Brierley qui, grâce à internet, et plus précisément à Google Earth, parvient après vingt-cinq ans de séparation à retrouver son village natal et sa mère. Si la première partie du film nous fait ressentir la dureté de la vie des enfants des rues, la deuxième partie traite de questions plus intérieures, : la quête d’identité, les liens familiaux. Oublie-t-on jamais ses racines ? Saroo devra-t-il choisir entre ses deux familles ?

Un film émouvant, aux images magnifiques (le directeur de la photographie, Greig Fraser, a d’ailleurs reçu plusieurs trophées pour son travail sur ce film), qui fait du bien au moral.