Bandeau
Jésuites à La Réunion
Slogan du site

Le site des jésuites à La Réunion. La communauté de la Résidence du Sacré-Cœur, les activités de la chapelle de la Résidence et du Centre Saint-Ignace.

logo article ou rubrique
Dis-leur que j’existe

Dimanche 24 juin, 17h30–19h15, Salle J. de Puybaudet.

Article mis en ligne le 20 mai 2018

Film français de Manue Mosset (2016). Durée 1h01.

Paroles d’un prisonnier sahraoui : Naâma Asfari, militant pacifiste et prisonnier politique, condamné à trente ans de prison. Qu’a-t-il donc fait pour mériter un tel sort ? Il a milité en faveur des droits de l’homme et de l’autodétermination du Sahara occidental.

Arrêté le 7 novembre 2010, il a été torturé pendant sa garde à vue puis condamné le 16 février 2013 par un tribunal militaire pour association de malfaiteurs et complicité dans le meurtre de onze soldats... des aveux qu’il a signés sous la torture.

Sa femme Claude Mangin tente de mobiliser en France et à l’étranger autour de la question sahraouie et du sort de son mari. Son arrestation et son jugement ont été dénoncés par de nombreuses ONG et une plainte internationale visant le Maroc a été déposée et jugée recevable par le Comité contre la torture à Genève. Pourtant, Naâma Asfari est toujours emprisonné...

L’histoire que raconte ce film est une histoire vraie, dont l’issue reste inconnue. Le 28 janvier dernier, Naâma Asfari a reçu le prix Engel-du Tertre des droits de l’homme : il était alors représenté par son épouse qui, tout comme lui, milite ardemment pour le respect des droits des Sahraouis. Mais depuis presque deux ans, ils n’ont pu se revoir...

Le 26 juin, à l’occasion de la Journée internationale de soutien aux victimes de la torture, des chrétiens du monde entier prieront pour Naâma Asfari et tous ceux qui souffrent aux mains des bourreaux.

C’est dans le cadre de cette Journée que l’équipe Film et Spiritualité propose ce documentaire en lien avec le groupe Acat (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture) du Centre Saint-Ignace, dont les membres seront présents.