Bandeau
Jésuites à La Réunion
Slogan du site

Le site des jésuites à La Réunion. La communauté de la Résidence du Sacré-Cœur, les activités de la chapelle de la Résidence et du Centre Saint-Ignace.

logo article ou rubrique
Film et Spiritualité : Festen (Fête de famille)
Article mis en ligne le 22 avril 2022

par Équipe Film & Spiritualité

Film dramatique de Thomas Vinterberg (Danemark, 1998) avec Ulrich Thomsen (Christian, le fils), Henning Moritzen (Helge, le père), Thomas Bo Larsen (Michael, autre fils), Paprika Steen (Hélène, la fille). Prix du Jury au Festival de Cannes 1998, Grand Prix de l’Union de la critique de cinéma (UCC). Durée : 1h45. Version sous-titrée.

Christian Klingenfeldt, qui a quitté son pays pour devenir restaurateur à Paris, revient à l’occasion d’une fête donnée en l’honneur des 60 ans de son père Helge. Dans la grande demeure bourgeoise, où se pressent famille élargie, amis et connaissances, sa mère, son frère Michael (et sa famille) et sa sœur Hélène sont également présents. Au milieu d’eux se glisse comme un fantôme : celui de Linda, jumelle de Christian, qui s’est donné la mort quelques mois plus tôt. Chargé par son père de prononcer un discours, Christian révèle à tous que pendant leur enfance, Linda et lui ont été violés par leur père. Les réactions ne sont pas celles qu’on pourrait attendre…

En dépit de l’histoire, Festen ne traite pas principalement du thème de l’inceste – même si celui-ci est bien présent. Il ne traite pas non plus directement du secret – quoique bien des secrets, plus ou moins connus, y soient révélés. Il traite de ce qui se passe lorsqu’un acte honteux, que l’on a tout fait pour cacher, est enfin énoncé en plein jour. Que produit cette lumière brutale sur les protagonistes de l’histoire ? Les victimes, l’auteur de l’agression, les témoins, ceux qui ont su, ou vu, ou entendu dire que… et n’ont jamais réagi ? La cellule familiale peut-elle résister au choc et au contre-choc ? et le réseau social peut-il survivre ?

Bien des pistes sont à explorer dans ce film. Les cinéphiles expérimentés aimeront y chercher la mise en application des principes du Dogme 95, ce manifeste adopté par un collectif de réalisateurs danois en vue de réformer le processus de réalisation cinématographique. D’autres seront attentifs aux différents groupes sociaux représentés et à leur fonction dans l’histoire. D’autres encore s’essaieront à l’analyse psychologique. Et l’on pourra aussi chercher et (peut-être) trouver dans ce « repas de famille » des traces d’un autre repas, celui du Christ avec ses apôtres, avant sa crucifixion. Se poseront alors ces questions : mais qui, dans Festen, tient le rôle du Christ ? et qui tient celui du traître ? Questions à débattre…