Bandeau
Jésuites à La Réunion
Slogan du site

Le site des jésuites à La Réunion. La communauté de la Résidence du Sacré-Cœur, les activités de la chapelle de la Résidence et du Centre Saint-Ignace.

logo article ou rubrique
Attachés au Christ comme des sarments à la vigne
Article mis en ligne le 3 mai 2021

par P. Thang Nguôn sj, chapelain

Retrouvez ici l’évangile du dimanche 2mai 2021, 5e dimanche de Pâques), ainsi que l’homélie du père Thang Nguon.

L’évangile selon saint Jean que nous venons d’entendre se situe dans le chapitre 15. Ce chapitre se situe au moment du dernier repas de Jésus avec ses disciples, repas au cours duquel, il a lavé les pieds de ses disciples. C’est donc juste avant sa passion et sa mort que Jésus utilise l’image de la vigne. Je vous propose quelques méditations du passage de l’évangile de ce dimanche.

Le discours de Jésus nous invite à une rencontre personnelle avec lui. Cette rencontre nous amène à avoir des liens avec lui. Pour parler notre lien avec lui, Jésus utilise le métaphore de la vigne. C’est une image qui nous parle : le Christ étant la vigne et nous, ses disciples, les sarments ( « Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. » (Jn 15, 5). Les sarments ne donnent du fruit que liés avec la vigne (« … le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne... » (Jn 15, 4). Sans ce rattachement, les sarments deviennent secs. On les coupe puis on les brûle. Ce lien intrinsèque avec le Christ n’est possible que par une rencontre personnelle avec lui. Ce lien intrinsèque entre les sarments et la vigne, entre nous avec le Christ, va produire du fruit.

Qui va cueillir et apprécier ce fruit ? C’est le vigneron qui va apprécier le raisin, puis le vin. Les initiés en vin m’ont appris comment on apprécie le vin. On regarder la couleur du vin (sa robe), puis on sent le parfum du vin, ensuite on regarde l’alcool qui reste accroché au bord du verre avant de le goûter : tout un savoir-faire, et mieux encore, un art qui demande un apprentissage. C’est le moment de vérité de toute une année de travail, voire le travail de toute une vie. Le résultat obtenu dépend non seulement du travail du vigneron mais aussi des aléas de la météo ; au moindre cafouillage de la météo, on peut tout perdre. Récemment, les vignerons en métropole ont dû veiller plusieurs nuits pour mettre des lumignons afin que les bourgeons ne soient pas gelés. Le vigneron doit veiller sur sa vigne ; c’est quelqu’un qui s’investit énormément dans sa vigne. Revenons aux relations entre nous, les disciples du Christ et le Christ : notre attachement au Christ, notre lien intrinsèque avec lui, ne font que nous conduire vers le Père du Christ qui est aussi notre Père.

Demandons au Seigneur la grâce de nous attacher au Christ, notamment dans les moments d’épreuves, afin de mieux vivre notre vie de disciples au service de tous les hommes à la manière du Christ.